Stories

page-banner

Bon appétit !

Lucille

J’étais une petite fille très joyeuse, curieuse et avec une grande soif de connaissance. Dès mon plus jeune âge, j’ai appris à lire et à cuisiner. J’aimais surtout manger parce que j’étais gourmande, ce qui réjouissait mes parents ! Mais au collège, à l’âge de 12 ans, j’ai souffert d’anorexie. Au début, mon médecin généraliste a géré mon traitement, mais la situation est devenue plus compliquée que prévu et j’ai été prise en charge à l’hôpital américain. Bien que j’aie récupéré assez rapidement, la pression des examens de fin de lycée a eu raison de ma fragile rémission et je suis tombée une seconde fois dans l’anorexie. Cette fois, j’ai été encore plus touchée. J’ai été hospitalisée à l’hôpital Robert Debré et accompagnée par Delphine, une professionnelle Tipi. 

La régulation émotionnelle Tipi m’a accompagnée tout au long de mon parcours pour m’en sortir et a joué un rôle important dans mon rétablissement. En effet, les régulations émotionnelles m’ont permis de débloquer un certain nombre de problèmes émotionnels. Par exemple, quand j’avais envie de manger et que je commençais à mieux manger, je n’aimais pas qu’il y ait des gens autour de moi pendant les repas. Nous avons donc traité ce problème par une régulation émotionnelle. C’est l’une des régulations les plus importantes que j’ai faite, elle était essentielle car elle m’a permis de ne plus être gênée par le regard des autres. C’était primordial dans mon parcours pour retrouver une vie « normale ».

Ça fait un bon moment maintenant que j’ai fait cette régulation émotionnelle là, mais je m’en souviens bien. On m’a demandé de trouver une situation précise dans laquelle les gens me regardaient pendant que je mangeais. Rien qu’en en parlant, je ressentais des sensations dans mon corps mais on m’a demandé de les laisser faire alors je les ai laissées passer et, très vite, elles se sont calmées toutes seules.

Le changement qui a suivi a eu un impact énorme. Je n’étais plus gênée quand les gens me regardaient. C’était tellement important – ça signifiait que je pouvais continuer mon chemin de guérison, ce qui n’aurait pas pu se produire si j’avais été gênée chaque fois que quelqu’un regardait mon assiette. Aujourd’hui, je me sens épanouie, tant au sein de ma famille qu’avec mes amis ou dans mes études.

La régulation émotionnelle a certainement changé ma vie et m’a permis de devenir pleinement moi-même en surmontant mes problèmes. Je la pratique encore dans ma vie de tous les jours, quand le besoin s’en fait sentir : quand j’ai des problèmes dans mes relations avec les autres, en amitié, les amours ou autre… À mon sens, c’est une méthode que nous pouvons et devons utiliser tout au long de notre vie car elle peut s’adapter à différentes expériences, à différents sentiments et surtout à différents problèmes.